La photo eCommerce est un passage obligé pour de nombreux photographes. La plupart des sociétés ont besoin de photographier leurs produits régulièrement. Les produits changent selon les saisons, les modes ou les années et il faut alimenter les catalogues ou les boutiques en ligne. C’est donc un domaine où la demande est forte.

La photo eCommerce, un exercice de style

La photo eCommerce est un exercice de style. En effet, la photo eCommerce répond a un besoin très précis : présenter le produit de manière simple et efficace. Le produit est exposé seul sous un angle classique pour bien le voir. Ce n’est pas une photo « publicitaire » dans laquelle on privilégie une mise en scène. La photo e-commerce a pour fonction de compléter la photo publicitaire. Elle a pour objectif d’être diffusée dans les boutiques en ligne. C’est une photo descriptive du produit.

Donc, pas de mise en scène particulière (sauf volonté et ligne éditoriale très précise), mais des produits posés sur fond blanc, prêts, si besoin, à être détourés. La photo e-commerce doit s’insérer sur les sites de vente en ligne comme Amazon, e-bay, Le Bon coin ou les « shops » personnalisés des marques.

Parfois, il se peut que vous ne disposiez pas de fond blanc, ni de boite à lumière, ou alors que vous avez affaire à de grands objets que vous ne pouvez déplacer en studio, vous allez devoir alors photographier le produit dans son contexte naturel.

La photo eCommerce : une affaire de lumière, un fond blanc ou une boite lumineuse

Quand vous allez devoir réaliser une mission, il est possible qu’on vous demande de faire non pas un produit, mais une dizaine, voire plusieurs dizaines de produits. Il vous faudra prendre en photo toute la nouvelle collection. Rationaliser le flux de production va devenir rapidement une question essentielle que vous allez vous poser pour être efficace et aller vite.

La photographie eCommerce peut rapidement devenir chronophage. Il vous faut donc mettre en place des réglages précis et optimaux pour qu’ils soient adaptés au maximum de produits, pour être rapide et enfin pour passer le moins de temps possible en post-production.

Flashs ou lumière continue ?

Premièrement, la gestion de la lumière est primordiale. C’est le point clé. Alors doit-on privilégier le flash ou lumière continue ?

On a une très grande préférence pour le flash, puissant, qui chauffe moins la pièce (surtout si vous devez travailler sur de nombreux produits, une lumière continue risque de transformer la pièce en sauna !), de plus la température du flash est autour de 6000K proche de la température de couleur de la lumière du jour à midi, c’est parfait pour bien éclairer le sujet et que vous réalisiez une bonne balance des blancs.

Il est préférable d’avoir plusieurs sources de lumière. Il faut prévoir au minimum trois sources : une source pour éclairer le fond et créer un blanc homogène (si vous avez deux sources pour le fond c’est encore mieux). Et deux flashs devant le produit que vous positionnez afin de modeler sa structure : réglez un flash légèrement plus fort que l’autre afin de modeler le produit avec quelques ombres (par exemple un produit cylindrique a besoin d’ombre pour qu’on ait une impression de profondeur, sinon le cylindre sera écrasé par la lumière).

Pratique de la multi-exposition avec éclairages complexes

Vous pouvez aussi pratiquer la multi-exposition afin d’utiliser différents emplacements de lumières. Il vous faudra ensuite monter l’image finale dans Photoshop avec des masques de fusion pour laisser apparait les zones éclairées. La pratique de la mutli-exposition est une technique un peu plus complexe mais qui permet de mettre en valeur de nombreuses parties de l’objet. Le résultat est à la hauteur mais vous devrez adapter le schéma de lumière à chaque objet et faire des tests en post-production. On vous conseille donc la multi-exposition si vous n’avez pas beaucoup d’objets à photographier, que vous avez le temps ou pour de la photographie publicitaire. Elle ne convient pas au packshot.

 

Utilisation du Flashmètre

Si vous utilisez plusieurs sources de lumières, utilisez votre flashmètre pour régler chaque lumière au niveau souhaité et de manière précise. Le flashmètre est un appareil de mesure indépendant qui vous sera très utile pour mesure la lumière de manière pointue. L’avantage du travail en studio c’est que vous avez la maîtrise de tous vos flashs, vous pouvez donc les paramétrer de manière à obtenir le résultat voulu.

Choisissez votre flash principal. Vous déterminez votre ouverture. Si vous voulez par exemple avoir un maximum de netteté, il vous faut avoir la plus petite ouverture (comme f/22 par exemple) pour avoir une grande profondeur de champ. Vous réglez alors la puissance de votre flash principal pour avoir une exposition correcte à f/22 (vous pouvez même flasher plusieurs fois pour arriver au niveau voulu en étant dans une pièce noire). Une fois que vous avez réalisé cela vous faites la même chose avec votre flash secondaire qui a pour fonction d’ajouter un effet. Il n’aura donc pas la même puissance que le flash principal. Enfin réglez le flash pour le fond.

Voici une très bonne introduction à l’utilisation du flashmètre :

Gestion des ombres

La première difficulté que vous devrez donc lever dans la photo eCommerce c’est la gestion des ombres de l’objet. Votre objectif pour gagner du temps en post production est de faire en sorte d’avoir un arrière fond blanc parfait qui vous évitera tout détourage. Le blanc parfait, c’est un blanc FFFFFF dans photoshop, et vous pouvez vérifier avec la pipette ;).

Pour cela il faudra prévoir d’éclairer le fond indépendamment de l’objet. Il est parfois difficile d’obtenir un fond parfait sans avoir un « retour » de lumière non voulu sur l’objet. Il vous faudra alors trouver la distance entre le fond et l’objet pour éviter que le fond ne se réfléchisse de manière non souhaitée sur l’objet (le risque étant d’avoir des contours d’objets mal dessinées ou atténués à cause du retour de lumière (le blanc étant très réfléchissant).

Le fond blanc

Le premier accessoire indispensable est le fond blanc ou la boite à lumière blanche. Le fond blanc est utile pour les objets de taille moyenne. Les objets de grandes tailles demandent souvent un grand studio spécialisé avec cyclo et un nombre de lumière plus important ou des lumières de dimension plus grande.

La boîte à lumière, tente à lumière, cage à lumière, lightbox ou studio produit

La boite à lumière est idéale pour les petits objets. C’est une boite complètement blanche dans laquelle on dispose l’objet, elle permet de limiter les ombres projetées en créant une lumière diffuse. Cette boite peut être très utile en déplacement car elle nécessite moins de logistique que le fond blanc.

Il existe des minis studios, des lightbox studio en vente sur le marché dans différentes tailles. Vous pouvez aussi le construire vous même (vous trouverez de nombreux tuto sur Internet à ce sujet).

La photo eCommerce : autres outils indispensables

Le trépied

L’utilisation d’un trépied permet de ne pas bouger, mais permet aussi de toujours conserver le même angle de prise de vue. Une variation, même infime risque de se voir à l’oeil nu et crée une disharmonie de l’ensemble. D’où l’importance du trépied. N’hésitez pas à photographier avec un décalage de 2 secondes afin d’éviter le bouger de l’appareil quand on appuie sur le déclencheur (une télécommande peut aussi être utile).

Un angle classique

Une prise de vue avec un angle de 45° est conseillé ou parfois une vue de dessus pour les vêtements qui sont mis à plat ou pour tout objet fin qu’il est plus simple de décrire de face (un portable par exemple).

Quelle profondeur de champ ?

La profondeur de champ que vous choisirez dépendra principalement du rendu que vous souhaitez.

Soit vous voulez une toute petite surface de netteté et donc vous choisirez une grande ouverture (f/2) soit vous souhaitez que tout l’objet soit net auquel car vous opterez pour une petite ouverture (f/22). En général pour le packshot on privilégie la plus grande netteté et donc une ouverture petite (sachant quand même que votre objectif perd en piqué et en efficacité quand on utilise les grandes ou les petites ouvertures). Il vaut donc parfois mieux utiliser un f/8 ou f/11 qu’un f/22.

Par ailleurs, n’oubliez pas que sur une mise au point sur le sujet, la plage de netteté se fait à 1/3 devant et 2/3 derrière. Donc si vous ne voulez pas « perdre » les 1/3 de netteté qui sont devant votre point, le mieux est de faire votre point à 1/3 de votre sujet.

La photo eCommerce : post-production et détourage

Pour terminer, mentionnons que la photo eCommerce est souvent accompagnée de sa partie post-production : le détourage. Le détourage peut être réalisé selon différentes techniques en fonction du temps dont vous disposez et du produit. On ne détoure pas de la même manière un objet avec plein de petits détails comme une peluche avec des poils et un livre carré. Le détourage mérite un développement à part entière. Nous y reviendrons ultérieurement !