Qu’est ce qui peux pousser une bande de copains ?
Pour les amener à se promener avec leurs appareils photo de Paparazzis ; brandissant leurs trépieds, comme un chevalier son épée ; et agitant leurs lampes de poches, comme un agent de piste d’aéroport ?

La passion de la photo de nuit

Photo de nuit, et non pas photo de nu ; une activité de plus en plus à la mode : pour les citadins qui aiment leurs ville ; et qui n’aiment pas se coucher tôt !
Quand cela est réussi : cela donne des photos saturées en bleu et jaune ; ou parfois avec d’autres couleurs.

Mais comment faire ?

Tout d’abord, sans même parler de la qualité de l’appareil photo ; il faut s’équiper d’un trépied.
Le trépied permettra à votre appareil de rester parfaitement immobile ; quand vous ouvrirez l’obturateur, un certain temps.
Pour éviter le flou de bouger, sur vos bâtiments historiques préférés : c’est la meilleur solution.
Ou alors vous êtes un professionnel de l’immobilité : comme les hommes statues de la Ramblas, en Espagne.

A ce moment la 2 cas de figure :
– Vous êtes équipés d’un appareil de moins d’1kg ; alors un trépied à 30 euros – 50 euros, conviendra parfaitement.
Ouf vous voila rassuré : nul besoin d’hypothéquer la maison.

– Vous êtes équipé de manière plus pro : le résultat étant que votre appareil photo, se rapproche des 2 kilos, etc … Il est plus conseillé de prendre un trépied professionnel; sinon vous prenez le risque de voir tomber votre appareil ! (objectif qui pèse vers l’avant)  ….

Si, si ! C’est une chose que j’ais déjà vu : durant les cours photos, que j’ais organisé. De quoi bien gâcher la soirée ! …

Et après ?

Votre appareil étant tenu par un trépied, vous pouvez utiliser des  » vitesses lentes  » , et photographier des bâtiments : vous n’aurez pas de flou.

Qu’est ce qu’une vitesse lente ?

Votre appareil photo : est capable de prendre des photos à la valeur de 1s divisée par 125.
Le « 1/125s » : plutôt utilisé pour les portraits, et en plein soleil : fait partie des « vitesses rapides ».

Ce qui nous intéresse ici : ce sont les « vitesses lentes » ; comme par exemple « 5s ».
En pleine nuit : il vous faudra utiliser ce genre de vitesse ; pour laisser suffisamment de temps à la lumière , pour entrer.

Et si vous tenez l’appareil à bout de bras : votre photo sera floue ; à cause du mouvement de votre main.
Le trépied évite ce flou de bouger.

Libre à vous de choisir votre « ouverture » :
– Grande ouverture pour laisser entrer la lumière ; en sacrifiant la profondeur de champ (par exemple f2,8 ou f4 ou f5,6).
– Petite ouverture laissant passer peu de lumière ; mais permet d’avoir la netteté à 1 mètre, et à 20 mètres (par exemple f16 ou f22 ou f32).



Tout ceci s’équilibre avec les isos

100 isos : votre capteur est peu sensible ; mais votre photo sera exempt de grains.
3200 isos : votre capteur sera sensible ; mais votre photo se couvrira de grains, comme un ado se couvrant d’acné.

Donc vous voila paré, vous avez réglé votre appareil sur un diaphragme : f2,8, f4, f5,6 ; pour les portraits / f16, f22, f32 ; pour les paysages ; par exemple.
Vous aurez dans tous les cas une vitesse lente, car il fait nuit !
Même pas peur ! : vous avez un trépied.

Vous n’aurez pas de flou, sur les éléments immobiles.
Mettez vous à 100 isos, 200, ou 400 ; pour éviter le grain.

Et la : votre photo est jaune ! aie ….
Même si certains peuvent trouver cela joli.

Réglez la balance des blancs

La journée, la lumière a tendance à « tirer vers le bleu ».
La nuit, la lumière a tendance à « tirer vers le jaune ».
Même si l’œil humain s’adapte, de manière parfaitement transparente.

En pratique :
Pour rendre le mur blanc du bâtiment, sur la photo, réellement blanc : positionnez l’appareil photo sur 3200 Kelvins ; ou si vous préférez sur la petite ampoule.

Et surtout, n’oubliez pas de prendre votre lampe de poche ….. et de l’agiter devant l’objectif ! … ( « Lightpainting »)

Sur ce : Amusez vous bien.

Adrien Bourret : Photographe et Webdesigner , diplômé. Formateur Photo. Adrien Bourret Photo