Le drone ça fait envie ! Des images vues du ciel qui donnent des clichés impressionnants… des panoramas de toute beauté, des espaces sous de nouveaux angles… Le potentiel est fort pour les professionnels : d’abord parce que tous les photographes ne sont pas (encore!) équipés et que les clients y trouvent de la nouveauté et sont attirés par les vues nouvelles que le drone promet.

Mais… il y a toujours un « mais »… le drone ne s’improvise pas ! Ne soyons pas négatif… On va vous aider à vous y mettre !

Avant d’investir… il vaut mieux faire un point sur la réglementation… Si vous pensez aller survoler les voisins et observer du ciel les piscines du Sud de la France, vous risquez peut-être de tomber sur une défense sol-air. Si ce n’est un voisin adepte des armes à feu, il est plus probable que votre drone restera cloué au sol à cause d’une amende… dissuasive…

75 000 Euros ? Euh… je peux mensualiser ?!

Les drones demandent une licence et des autorisations. Concrètement, que faire ? Et comment faire ? Cet article et cette vidéo de Fotoloco récapitulent bien, avec un spécialiste du drone, les obligations de chacun :

Il faut d’abord bien connaître la réglementation de l’aviation civile qui est assez contraignante mais a l’avantage de ne pas laisser faire n’importe quoi. Vous trouvez des infos réglementaires du gouvernement ici pour les utilisateurs en loisirs ou en professionnels. La Fédération française de drone civile regroupe sur son site une base d’information indispensable avec toutes les informations importantes pour la réglementation française, la réglementation européenne et internationale.

Ensuite, soit vous voulez en faire uniquement une activité de loisir et vous serez dans le monde de l’aéromodelisme (voici le guide loisir) !

Soit vous souhaitez exercer une activité professionnelle et vous serez dans le monde du drone (voici le guide pro) ! Et pour être pro, il vous faut devenir « Télépilote de drone professionnel« … 🙂

Compétences théoriques et pratiques

L’aviation civile exige la licence de pilote professionnel. Et oui… pour aller dans l’espace aérien, il faut être « apte » et avoir un certificat reconnu par la DGAC. Principalement l’examen de Pilote privé d’avion, ou l’examen théorique d’ULM… donc à vos manuels ! Le brevet est à vie 😉

Et pour cela il faut se former et aller dans organisme de formation déclaré (OD) ou dans un organisme de formation agréé (ATO : approuved training organisation). Ils s’occupent de tout ! Enfin… ils ne passent pas les examens à votre place ! Plus de détails sur les formations ici !

Et on attire votre attention sur le fait que la législation va bientôt changer : A partir de la fin du 1er semestre 2017 , il y aura un Certificat d’Aptitude de Télé Pilote spécifique ! 

Enfin, il faut déclarer le modèle de drone que vous utiliserez. Et si votre drone est homologué vous pouvez enfin le faire voler !

Ah, non ! Pas encore !

Maintenant, il vous faut les autorisations préfectorales et/ou municipales et les accords des propriétaires des terrains à photographier ! Et pensez à une assurance ! hein ?!

Rien n’est impossible pour faire de belles photos et trouver de nouveaux marchés !